Autorisation ou refus illégal de licencier un salarié protégé : la responsabilité de l’État peut être engagée, mais dans de strictes conditions